Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 20:28
Artculinaireetcitationsberberes (azul) shared a...

Artculinaireetcitationsberberes (azul) shared a photo.

Repost 0
Artculinaireetcitationsberberes (azul)
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 20:13

azul a lahvav 

 

 

1942382915 small 1

 

Les aventures de Vèlâjoudh. (conte kabyle)

Vèlâjoudh est un héros des contes kabyles. C’est un jeune enfant espiègle, qui se moque de tout le monde, même de Teriel (l’ogresse). C’est son histoire que nous allons vous raconter aujourd’hui.
Vèlâjoudh, petit garçon facétieux, invente des situations loufoques, rien que pour rire et faire rire ses semblables.
Un jour, il décide de s’attaquer à Teriel (l’ogresse) qui hante sa contrée. Cette dernière devenue vieille est atteinte de cécité (thiderghelte). C’est en tâtons qu’elle cherche sa route et à tâtons qu’elle se sustente.
Vèlâjoudh attend Teriel (l’ogresse) juché sur un figuier qui n’appartient à personne et appartient en même temps à tout le monde. C’est pour cela d’ailleurs qu’on dit à propos d’un tel figuier ce proverbe :
« Am thnoqlets B-ouvrid’
Ouin âdan ad’ ikharef »
(Tout le monde a le droit de manger de ses fruits sans crainte)
La saison des figues est finie depuis longtemps. mais puisque Teriel est aveugle, Vèlâjoudh veut lui jouer un tour. Dès qu’il la voit au loin, il monte au faîte du figuier et se met à crier de toutes ses forces.
- Oui vghan ad’ikharef
Ad iâdi gher d’a
Thanoclets vèlajoudh
Thethour d’elfakia
(Celui qui veut manger des figues hors saison n’a qu’à venir ici, le figuier de Vèlâjoudh regorge de fruits !
Teriel intéressée s’approche, elle tâte les branches, mais point de fruits. Courroucée, elle cherche Vèlâjoudh qui s’était réfugié sur la plus haute branche. Elle l’attrape et le fait entrer dans l’outre qu’elle avait ramenée pour puiser de l’eau. Afin qu’il ne puisse s’échapper, elle ferme le goulot de l’outre avec des feuilles de vivras (oignon sauvage) faute de cordelettes.
Elle dépose l’outre avec Vèlâjoudh dedans, au pied du figuier et s’en va au ruisseau tout proche pour se désaltérer. Sentant l’odeur caractéristique du vivras, Vèlâdjoudh devine que c’est avec les feuilles de cette plante qu’elle a fermé l’outre.
Il se débat un cours instant et l’outre s’ouvre. Avant que Teriel ne revienne, il remplit l’outre « d’-ivaâlalachène » (petites pierres) ramassées sur place et court se mettre à l’abri sur un petit monticule qui donne sur la route et le figuier.
Après s’être désaltérée, Teriel met l’outre sur son dos. Elle est lourde, elle se dit que Vèlâjoudh ferait un très bon repas. Après avoir fait quelques pas, elle sent des douleurs dans son dos, elle demande à Vèlâjoudh de changer de position, afin que ses genoux ne lui fassent pas mal. Comme il ne s’exécute pas, elle se met à crier à haute voix :
- Ekès roukvath ik’
Seg zag’our iou a Vèlâjoudh !
(Enlève tes sales genoux de mon dos Vèlâjoudh!)
Comme il était hors de portée, il lui lance moqueur :
- Mouqel ma ligh d’akhel ouïdid’ !
(Regarde dans l’outre si j’y suis !)
Rageuse elle laisse tomber l’outre d’où s’échappent des pierres.
- Tu m’as eu petit garnement, mais tu ne perds rien pour attendre ! Je t’aurait un jour ou l’autre foi de Teriel !
Sorti indemne, Vèlâjoudh continue à faire des siennes. Il remonte sur le figuier et abuse les gens en leur faisant croire que l’arbre produit des fruits en toutes saisons.
Un jour occupé à déblatérer ses mensonges éhontés, il ne s’aperçoit pas de l’arrivée de Teriel. Elle le prend au collet et le cueille comme un fruit. Le met dans l’outre qu’elle noue cette fois-ci avec ses cheveux, aussi solides que des filins d’acier. Elle le met sur son dos et l’amène chez elle. Il a beau se débattre, il n’arrive pas à dénouer ou à casser les filins d’attache.
Arrivée chez elle Tériel le transborde dans un grand ak’oufi (silo domestique) et tâte tout son corps à travers l’ouverture d’aération. Elle le trouve bien maigre et décide de surseoir à le dévorer. pour l’engraisser elle lui donne :
« Thament d’oud’i
Ih’vouven lâli »
(Miel, beurre et figues triées)
Vèlâjoudh prend du poids, mais veut le cacher à Teriel pour accroître ses chances de survie.
Au bout de quelques jours de gavage, Teriel demande à Vèlajoudh de lui montrer sa main pour voir s’il avait grossi. En guise de main, il lui fait tâter le manche en bois de la cuillère avec laquelle il mange.
- Dyamen theqouredh am sghar !
(Tu est toujours aussi sec que du bois, on dirait que tu ne manges pas !)
Déçue Teriel referme le couvercle (thimd’elt ouk’oufi).
Quelques jours plus tard, elle procède à la même opération. cette fois-ci Vèlâjoudh lui fait tâter un manche en bois
- Daymen theqouredh am qechoudh !
(Toujours aussi sec Vèlâjoudh !) mais cela ne fait rien aujourd’hui même, tu vas servir de repas à mes invités.

Contes kabyles
Les aventures de Vèlâjoudh

(2e partie et fin)

«Cela fait des jours que je remets ça, je croyais que tu allais grossir, mais puisque tu ne veux pas devenir gros, on ne va pas faire la fine bouche, on va te dévorer comme ça !»
Teriel sort de chez elle et va ramener sa fille.
« M-eth vaâlouchte » à l’œil blanc de chez sa tante (khaltes).
De retour chez elle, elle donne des instructions à sa fille. Vélâjoudh prisonnier entend tout.
Elle ordonne à sa fille de rouler du couscous, de sortir Vélâjoudh de l’ak’oufi, de l’égorger et de le débiter en morceaux.
Tout doit être prêt, quand sa mère rentrera, accompagnée de ses invités.
Dans sa prison Vélâjoudh est angoissé. Sa fin est arrivée. Il va servir de repas à Teriel et aux membres de sa famille. Les propos de Teriel sont effrayants.
Après avoir préparé tous les ingrédients nécessaires, elle ouvre le grand couvercle du dessus de l’ak’oufi qui était bien scellé. Elle se saisit de Vélâjoudh.
Il la mord, elle lâche prise et se met à crier.
Profitant de ce moment de répit, Vélâjoudh se saisit de la lame qu’elle avait laissé tomber et lui tranche la gorge. Une fois l’adversaire terrassé, il la débite en morceaux qu’il met à cuire dans une grosse marmite (thaqd’irth ou thasilte thamoqrante).
Vélâjoudh se déguise ensuite pour prendre les apparences de la fille de l’ogresse. Il met ses habits et s’affuble d’un bandeau sur l’œil pour donner l’illusion. Une fois le repas prêt, il le sert à l’avance aux invités. Il ne reste plus qu’à saucer.
Il sort dehors, et met près de l’entrée de la grotte des fagots de bois, qui lui serviront à allumer un feu, au moment voulu.
Puis, il fait le guet en montant sur un arbre.
Dès qu’il voit Teriel et ses invités, il entre dans l’antre, et les reçoit en contrefaisant sa voix, et en se cachant le visage avec un foulard.
Teriel est aux anges. Sa fille (Vélâjoudh déguisé) s’est acquittée avec brio de toutes les tâches, dont elle l’avait chargées. Elle la remercie de vive voix.
En mangeant, une invitée trouve un œil blanc dans son plat, elle s’écrie :
- Ats ghiled tsavaâloulte
N-illi-m a khalti Teriel !
(On dirait l’œil de ta fille, tante ogresse !
Tout le monde s’arrête de manger.
Les invités examinent un à un l’œil et déclarent à l’unanimité, que ça ressemble effectivement beaucoup à l’œil malade de sa fille.
Teriel appelle sa fille, et court vers elle. Craignant de se faire prendre, Vélâjoudh se débarrasse des habits de la fille de l’ogresse et se précipite vers la sortie de la grotte, tout en criant :
- Teriel thetcha Illi-s
- Teriel thetcha illi-s !
(Teriel a mangé sa fille !
Teriel a mangé sa fille !)
Teriel le poursuit en tâtonnant, elle trébuche et tombe. Dès qu’il sort de la grotte, il allume un feu de brindilles, qui s’enflamment aussitôt.
Il enfourne ensuite plusieurs fagots qui prennent feu.

En un clin d’œil, l’entrée de la grotte devient un brasier.

Teriel et ses invités suffoquent. Ceux qui tentent de sortir sont brûlés vifs.
C’est ainsi que Vélâjoudh met fin pour des années, à tous les ogres et ogresses de la contrée, et assure sa renommée.
« Our kefount eth’houdjay i nou our kefoun ird’en tsemz’ine. As m-elâid’ ametch ak’soum ts h’em’zine ama ng’a thiouanz’iz’ine. »
(Mes contes ne se terminent, comme ne se terminent le blé et l’orge.
Le jour de l’aïd nous mangerons de la viande avec des pâtes, jusqu’à avoir des pommettes rouges et saillantes).

source : depechedekabylie.com

Repost 0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 19:07
Celui qui refuse de pardonner coupe les ponts sur...

Celui qui refuse de pardonner coupe les ponts sur lesquels il doit lui-même passer.

Repost 0
Artculinaireetcitationsberberes (azul)
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 18:36
Artculinaireetcitationsberberes (azul) shared a...

Artculinaireetcitationsberberes (azul) shared a photo.

Repost 0
Artculinaireetcitationsberberes (azul)
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 16:49
Artculinaireetcitationsberberes (azul) shared a...

Artculinaireetcitationsberberes (azul) shared a photo.

Repost 0
Artculinaireetcitationsberberes (azul)
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 14:19
عرجون تمر مدلي قالي لو دقتني تروح و تولي

عرجون تمر مدلي قالي لو دقتني تروح و تولي
بلادي يا محلاها و صحرتنا يا مبهاها
اللي زارها ما صبر على زينها و جمالها
واللي سكنها حضناته بحنانها و غرقاته بثمارها
Un régime de datte suspendu m’a dit : « Si tu me gouttes tu y reviendras! »
Mon pays et si beau et notre Sahara si somptueuse
Celui qui l’a visité ne peut se passer de sa beauté
Et celui qui y habite est enlacé par sa tendresse, et submergé par ses fruits!

Repost 0
Artculinaireetcitationsberberes (azul)
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 14:19
Souhaiter du bonheur aux autres c'est déjà...

Souhaiter du bonheur aux autres c'est déjà partager le nôtre avec eux.

Repost 0
Artculinaireetcitationsberberes (azul)
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 01:53
Artculinaireetcitationsberberes (azul) shared a...

Artculinaireetcitationsberberes (azul) shared a photo.

Repost 0
Artculinaireetcitationsberberes (azul)
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 13:12
Contes berbere  Aâmar Nefç et ses frères.

Contes berbere Aâmar Nefç et ses frères.

Amachou rebbi ats iselhou ats ighzif anechth ousarou. (Que je vous conte une histoire. Dieu fasse qu’elle soit belle, longue et se déroule comme un long fil).
- D’aâmoud’ ith ith h’aqredh ak yaâmoun ! (C’est la branche méprisée, qui risque de t’éborgner !). C’est ce que dit un proverbe kabyle. Dans le conte qui va suivre, celui qui joue le rôle de la branche est un petit garçon méprisé par ses propres frères, mais qui va s’avérer un être exceptionnel doué de raison et d’intelligence. Voici son histoire.
A la montagne, vivait jadis une famille de paysans. Dieu les a comblés en leur donnant six garçons tous forts et vigoureux. le tableau est idyllique. La femme tombe enceinte pour la septième fois. Le père et les six frères sont heureux, ils attendent l’heureux événement avec impatience. Le jour de la naissance, la femme met au monde, un petit être de sexe masculin de quelques grammes seulement.
On dirai un petit oisillon sans plumes. La famille est atterrée. ce septième garçon n’augure rien de bon. il va être la risée de la famille. Vu son état, ils l’appellent Aâmar Nefç, ce qui veut dire Aâmar le demi-portion, ou Aâmar la moitié.
Aâmar Nefç possède tous les attributs d’un petit garçon sauf la taille. Il avance en âge, mais sa taille ne suit pas son âge. A quinze, on le prendrait pour un garçon de huit ans. Sa perte en taille est compensée, cependant, par une espièglerie et une intelligence hors du commun.
Un jour, après une très bonne récolte de blé et d’orge, le père décide de faire des cadeaux à ses sept fils. Il se rend au marché et achète sept mules. Sachant d’avance qu’on allait lui attribuer, la mule la plus indocile, la moins belle et la moins grasse. Il attend que tout le monde sombre dans le sommeil pour sortir furtivement et se rendre « ar ou daynine » (écurie familiale).

Muni d’un « assenane » (épine) il le plonge entièrement dans le genou de la plus belle des mules et retourne se coucher.
Le lendemain matin, lors du partage ses frères choisissent celles qui sont valides et méprisent celle qui boîte.

- Celle-ci, dirent-ils, est handicapée, c’est elle qui doit revenir à notre handicapé de frère !
Aâmar Nefç ne s’offusque pas. Il est certes handicapé par sa petite taille, mais il est de loin le plus intelligent. Une fois le partage terminé, il retire l’épine du genou de la mule, deux jours plus tard, elle ne boîte plus. Après s’être familiarisés avec leurs bêtes les sept frères décident d’aller à la chasse. Munis de leurs arcs et de leurs carquois pleins de flèches, ils décident de se rendre de très bonne heure dans une forêt giboyeuse. Ils s’enfoncent dans la forêt, où ils sont sûrs de trouver du gibier à profusion. Soudain leurs bêtes se cabrent et les désarçonnent. Elles viennent de sentir un danger. Elles s’agitent. Ils les retiennent difficilement. Elles tremblent. Soudain, apparaît au-dessus d’eux, une ombre gigantesque provenant de Teriel (l’ogresse). Ils se sont aventurés dans son domaine. Elle n’aime pas les intrus et les dévore chaque fois.
Sa haute stature lui permet de voir tout. Elle rassemble les sept frères et leurs bêtes et, les amène dans son antre, une immense grotte où l’attendent ses petits ogres et ogresses, impatients de dévorer de la chair fraîche.
Afin que les sept frères ne soient pas stressés et que leur chair ne devienne fade, elle leur donne à manger du couscous préparé par ses filles. Ils mangent tous, à l’exception de Aâmar Nefç qui avait senti le piège. En effet, pour que ses victimes ne résistent pas, elle les endort en mélangeant au couscous, une plante médicinale au pouvoir soporifique. Ce soir-là, Teriel (l’ogresse) dîne avec ses petits en dévorant deux mules. Les autres mules et les sept frères, ils les dévoreront au fur et à mesure que la faim se fera sentir. Pour donner le change à Teriel (l’ogresse) Aâmar Nefç fait semblant d’être comme ses frères sous l’effet du narcotique. Il passe une nuit blanche et réfléchit au moyen de quitter ce lieu maudit. Sa petite taille peut le favoriser à fuir, mais il ne veut pas fuir tout seul. Il veut sauver ses frères voués à une mort certaine.

Au petit matin, Teriel (l’ogresse) quitte son antre pour rendre visite à Teriel sa voisine et lui parler de la chasse miraculeuse qu’elle a opérée. Elle a de la nourriture pour plusieurs jours. Son garde -manger est plein à craquer. Elle peut se permettre quelques jours de répit. Dès qu’il la voit partir, Aâmar Nefç pousse un soupir de soulagement. Il se lève et à l’aide de sa dague qui ne le quitte jamais, il égorge tous les petits ogres et ogresses en plein sommeil.

Muni d’une écuelle en bois, il asperge d’eau froide ses six frères, qui se réveillent en sursaut. Il les invitent à quitter les lieux sans trop tarder. Ils prennent les cinq mules restantes et disparaissent aussitôt.

Ils doivent quitter cette maudite forêt dare-dare, car, si jamais elle les attrape de nouveau, c’est fini pour eux. Elle leur fera payer en les dévorant, la mort de ses enfants.

Dans leur fuite éperdue, les sept frères sont angoissés, ils ont peur de se faire dévorer. De temps en temps Aâmar Nefç descend de sa monture et colle son oreille au sol pour voir si Teriel s’est aperçue de leur fuite et si elle les suit. Il rassure ses frères. Ils continuent leur marche forcée.

Mais tant qu’ils sont dans la forêt, ils sont en danger. Après quelques heures de marche, Aâmar Nefç recolle son oreille au sol, et cette fois-ci, il lance :

- Ça y est Teriel s’est mise à nos trousses ! Comme ses enjambées font dix fois la longueur d’un homme ordinaire, bientôt elle va les rattraper et ce sera la fin pour eux.

Elle les rattrape en effet et les ramène dans son antre à l’exception de Aâmar Nefç qui s’était éclipsé et caché dans une cavité naturelle faite dans un gros chêne-liège.

Ses frères et leurs bêtes de nouveau prisonniers, Aâmar Nefç les suit à vue.

Cette fois-ci, elle les attache en utilisant comme liens ses cheveux aussi solides que des filins d’acier. Ce soir-là, elle dîne en avalant une mule.

Aâmar Nefç s’était caché à proximité de la grotte de l’ogresse. Malgré le froid intense, il tient bon. Son attente est récompensée. Le matin, dès les premiers rayons de soleil, Teriel quitte son antre pour faire un tour dans la forêt. Aâmar Nefç profite de cet instant. Il entre à l’intérieur de la grotte et délivre ses six frères ainsi que leurs bêtes. Pour se débarrasser définitivement de Teriel, Aâmar Nefç avait échafaudé un plan. Il ordonne à ses frères de ramener des fagots de bois devant l’antre de Teriel. Ils attendent impatiemment que l’ogresse rentre pour boucher l’entrée à l’aide de troncs.
Avant la tombée de la nuit Teriel rentre chez elle. Une fois qu’elle s’engouffre dans sa tanière, les sept frères bouchent l’entrée, placent les fagots et mettent le feu. Prise au piège, Teriel veut forcer le barrage de feu, mal lui en prit. Ses cheveux hirsutes s’enflamment, elle suffoque et cherche à sortir. Elle se heurte au brasier. Son corps prend feu.

A bout de force elle se laisse tomber au sol comme une souche et se consume petit à petit. Les six frères ne quittent les lieux et ne cessent d’attiser le feu qu’une fois qu’ils sont sûrs de la mort de Teriel.

Après avoir éliminé Teriel, ils retournent chez eux, heureux et reconnaissants envers Aâmar Nefç à qui ils doivent la vie. Depuis ce jour, il est traité en héros et jamais plus on ne se moque de lui.

« Our kefount eth’houdjay i nou our kefoun ird’en tsemz’ine. As m-elâid’ ametch ak’soum ts h’em’zine ama ng’a thiouanz’iz’ine. »
(Mes contes ne se terminent, comme ne se terminent le blé et l’orge. Le jour de l’aïd, nous mangerons de la viande avec des pâtes, jusqu’à avoir des pommettes rouges et saillantes).

source :depechedekabylie.com

Repost 0
Artculinaireetcitationsberberes (azul)
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 01:01
Artculinaireetcitationsberberes (azul) shared a...

Artculinaireetcitationsberberes (azul) shared a photo.

Repost 0
Artculinaireetcitationsberberes (azul)
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de artculinaireetcitationsberbere
  • Le blog de artculinaireetcitationsberbere
  • : des plats mijoter et des petites douceurs accompagner de citations de nos ancêtres; qui nous plonge librement dans leurs époque pleine de sagesse et de simplicité
  • Contact

Profil

  • cuisineetcitationsberbere
  • algérienne berbère et fière de l être installer depuis 9 ans au canada ingénieur d application en planification et statistique maman d un petit prince mohamed-rayen âgée de 4 ans 
j adore la cuisine surtout celle de ma mère a que je lui  rend un hommage avec mes réalisations
  • algérienne berbère et fière de l être installer depuis 9 ans au canada ingénieur d application en planification et statistique maman d un petit prince mohamed-rayen âgée de 4 ans j adore la cuisine surtout celle de ma mère a que je lui rend un hommage avec mes réalisations

script type=

Recherche

Archives

Pages

Liens