Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 00:39

azul 

 


 

 

 

 

Tounarouz et le prince , une conte Amazigh :

Il était une fois dans une région du haut Atlas, un vieux sultan et n’est sultan que Allah le tout puissant, qui était de caractère exigeant mais très honnête ; il était père d'une jeune fille, la princesse Tounarouz. Très curieuse de tout, elle avait les yeux noirs comme la nuit, de longs cheveux et un voile qui recouvrait son visage. 

Celle-ci désirait se marier le premier jour du printemps et voulait comme cadeau le coffre en argent qui se trouvait au grenier et qui appartenait à son arrière-grand-mère. Il ne restait que cinq jours avant l’arrivée du printemps et le roi n'ayant pas trouvé de jeune prince à qui marier sa fille. Le jour arrivé, très triste et ennuyé, le sultan alla voir sa fille pour lui dire que se marier ce jour-là précisément était impossible. La princesse en fut très triste et alla dans sa chambre. Toda, sa servante lui demanda ce qui n'allait pas et la princesse lui répondit que son père avait dit qu'elle ne pouvait pas se marier le premier jour du printemps. Toda, qui était un peu sorcière, lui donna une pierre et lui dit : 

" Frotte cette pierre sur ton cœur et en même temps fais un vœu et il se réalisera le jour que tu désires " 

Et elle fit ce que la servante lui avait demandé. Tounarouz demanda bien sûr de se marier avec un prince le jour de son anniversaire. Quand le grand jour fut arrivé, le sultan fit descendre le coffre en argent jusqu'à la salle du trône et ordonna de le déposer devant sa fille. 

Et quand Tounarouz l'ouvrit, elle poussa un cri. Car, devinez ce qu'il y avait à l'intérieur ? Dans le coffre, se trouvait un jeune homme aux yeux bleus comme la couleur de la rivière près de la Kasbah. Le jouvenceau avait les cheveux bruns et un chapeau sur la tête. 

" Qui êtes-vous ? " demanda la princesse. 

" Je ne peux pas vous le dire, mais je suis venu vous demander votre main si votre père est d’accord " 

Certes le prince était beau mais le sultan et la princesse se demandaient s'il était bon et courageux. Aussi le sultan dit-il au prince que pour obtenir la main de sa fille, il fallait combattre le « Ghoul à sept têtes » qui régnait dans la forêt près de la rivière qui coulait près de la Kasbah. Le lendemain matin, le jeune homme, armé d'une épée, alla à cheval jusqu'à la forêt où se trouve le « Ghoul à sept têtes ». 

Une fois arrivé à la forêt et au bout de quelques instants, le jeune homme sentit la terre trembler en dessous de lui et vit les arbres bouger. Soudain apparut, tachetée de rouge entre les arbres, une grosse créature à sept têtes vertes. Le « Ghoul » commença à jeter des flammes qui entourèrent le jeune prince qui s'alarma : 

" Mon dieu, que vais-je faire entre ces flammes ? ". 

Mais au moment où il allait se faire brûler, une chose surprenante arriva : la rivière sortit de son lit et se dispersa dans la forêt qui fut inondée. Le jeune homme profita de cet effet de surprise pour couper les sept têtes du « Ghoul » d’un seul coup puis il les emporta dans un grand sac et retourna au village sur son cheval blanc. Une fois arrivé au village, il déposa le sac devant le sultan et sa fille. 

" As-tu tué le Ghoul ? " demanda le roi. 

" Oui " répondit le jeune homme et il ouvrit le sac. 

" Donc je t'accorde la main de ma fille " reprit le sultan. 

Et c'est ainsi que la princesse put épouser le prince. Ils vécurent quelque temps heureux, mais un jour qu'ils mangeaient au bord d'une rivière bleu turquoise, Tounaruz demanda au prince d'où il venait et comment il s'appelait. 

" Si je te le dis, il nous arrivera un malheur " 

Mais la princesse insista tellement que le prince allait commencer à lui dire qui il était et d'où il venait quand il se reproduisit le même événement qu'avec le «Ghoul» : la rivière ressortit de son lit en engloutissant le prince. La princesse courut jusqu'à la Kasbah de son père. Désespérée, elle lui raconta la mésaventure du prince. Des jours passèrent et Tounaruz se lamentait de la disparition de son mari. 

Un soir où la lune se reflétait dans la rivière, Toda, qui se promenait au bord, vit apparaître de petites lumières qui dansaient sur l’eau et soudain la rivière s'ouvrit. Toda vit alors un vieil homme à la barbe blanche assis sur le trône et à côté de lui se trouvait un jeune homme aux yeux bleus comme l'eau, aux cheveux bruns et qui portait un petit chapeau. Toda reconnut tout de suite le mari de la princesse et courut avertir sa maîtresse de cette apparition : 

" Princesse ! Princesse ! J’ai vu le jeune homme que tu as épousé " 

" Amène-moi à lui " lui dit brusquement la princesse. 

Toda conduisit donc Tounaruz au bord de la rivière et comme sa servante, elle aperçut le vieux monsieur assis sur le trône et à côté de lui le jeune prince. La princesse reconnut aussitôt son mari et se mit à danser devant lui et le vieux monsieur. Tout à coup, le prince lui aussi reconnut celle qu'il avait épousée et éleva la voix : 

" Père, regarde c'est avec elle que je me suis marié " 

Le vieux monsieur demanda : 

" Toi, belle étrangère, que fais- tu ici ? " 

" Je suis venu chercher l'homme que j'ai épousé " 

" Tu as la promesse du roi des eaux mais souviens-toi toujours de la raison pour laquelle tu as perdu ton époux. La curiosité peut être dangereuse ! " 

Et les eaux se refermèrent laissant sur la rive Tounaruz et le prince, heureux de se retrouver.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

med 13/12/2016 13:59

ayyuuz....
yuf mer tteyura zwar s tmazight tskertas asuvl s tfransist fad ad isinen izd tamazight ad tekka.
bravoo

salma 26/08/2013 15:36

je suis tres satisfaite de ce conte

atika 20/03/2013 23:41


des contes merveilleux ; bravo ma chére 

cuisineetcitationsberbere 28/03/2013 23:53



merci ma douce , le meilleur reste a venir , biz



Ouissam 10/02/2013 15:50


Super ce conte!!! je ne connaissais pas du tout, merci a toi pour cette belle découverte! bon dimanche, bisouu

cuisineetcitationsberbere 11/02/2013 00:29



merci ma douce je te dedie specialement tt
les contes que je publie car tu les apprecie de tt coeur ,grosses bises



Julia T 24/07/2012 20:38


un bien beau conte pour les petits et les grands!! on devrait se satisfaire du bonheur que l'on a plutot que chercher des réponses qui ne servent à rien...bises ma belle!

cuisineetcitationsberbere 24/07/2012 23:30



tt a fait   merci pour  ton passage et les jolies mots que je trouve a chaque fois


 



Présentation

  • : Le blog de artculinaireetcitationsberbere
  • Le blog de artculinaireetcitationsberbere
  • : des plats mijoter et des petites douceurs accompagner de citations de nos ancêtres; qui nous plonge librement dans leurs époque pleine de sagesse et de simplicité
  • Contact

Profil

  • cuisineetcitationsberbere
  • algérienne berbère et fière de l être installer depuis 9 ans au canada ingénieur d application en planification et statistique maman d un petit prince mohamed-rayen âgée de 4 ans 
j adore la cuisine surtout celle de ma mère a que je lui  rend un hommage avec mes réalisations
  • algérienne berbère et fière de l être installer depuis 9 ans au canada ingénieur d application en planification et statistique maman d un petit prince mohamed-rayen âgée de 4 ans j adore la cuisine surtout celle de ma mère a que je lui rend un hommage avec mes réalisations

script type=

Recherche

Archives

Pages

Liens