Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 21:49

azul fellawen



                                                                                 l'amour du pauvre

images--2-.jpg

*



La beauté ravageuse de Ouardia était légendaire et faisait pâlir les astres.

À sa vue, les gens l'admiraient et se retournaient sur son passage. Tout le monde voulait la saluer. L'eau de la fontaine battait la mesure, les oiseaux chantaient , les branches d'arbre se prosternaient .

Que de louanges sur sa beauté!

Sur le chemin de la fontaine, dans une démarche féline, aux pas tantôt nuancés tantôt cadencés, elle portait une cruche à son dos. À l'eau claire de la source, elle retroussa les manches et remonta ses bracelets, pour se rafraîchir le visage. Elle but dans les paumes de ses mains pour se désaltérer. Elle trempa ses pieds. Elle rinça la cruche et la posa délicatement sous le flot pour la remplir.

Chemin faisant, dans son regard de velours, avec son sourire de douceur, elle salua les passants de sa voix envoûtante. Elle avait le mot pour plaire.

Dans les champs et les prairies, certains bergers caressaient leur flûte et entonnaient des airs mélodieux et des paroles mettant en valeur les charmes et la beauté de Ouardia. Ces chansons sont encore reprises dans les fêtes, de village en village, en boule de neige , ces neiges éternelles du haut Djurdjura qui veille sur Tizi-Hibel:

"Ouardia l-Lounis
Igavgha wuliw
Mi tid smektagh
Ijah errayiw"

L'élue des filles du village, était la convoitise de Mohand Arezki.

Ce jeune homme aimait très fort Ouardia. Il en était fou amoureux et vaincu par la dépendance pour cette femme. Quand il la voyait, son coeur battait la chamade. Il le sentait vouloir sortir de sa poitrine pour s'emparer d'elle.
Fuyant la réalité au quotidien, il égaya sa vie de chimères.
Dans son imaginaire, il rêvait de vivre avec elle, d'amour et d'eau fraîche, habitant une chaumière dans l'empire de la misère.
Troubadour, il chantait:

"Txilem a yemma
Riyid l jawab
Aghiyid taqccict
Ukud nem âjab
Anezdegh atemmu
Elqewt ad-enjab"

Il voulut faire comme tout le monde, et alla demander la main de Ouardia à son père. Celui-ci refusa le jeune homme pauvre .
Fou de colère, il prit le chemin de l'exil à la recherche de la fortune .

L'exilé de circonstance revint bredouille et trouva sa bien aimée mariée. Ouardia épousa, contrainte par son père, un vieux monsieur riche d'une contrée lointaine.

Sur les routes, Mohand Arezki erra pitoyable, victime de sa passion. Il devint la risée des enfants qui le poursuivirent en chantant le sobriquet:

"abuh a-l ghaci
Mohand Arezki
D-ahcayci"

Mohand Arezki naquit pauvre, vécut pauvre et mourut pauvre.

 
Bonne lecture

 un grand merci pour thala de thayri.com pour ce partage fabuleux de contes berberes 

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de artculinaireetcitationsberbere
  • Le blog de artculinaireetcitationsberbere
  • : des plats mijoter et des petites douceurs accompagner de citations de nos ancêtres; qui nous plonge librement dans leurs époque pleine de sagesse et de simplicité
  • Contact

Profil

  • cuisineetcitationsberbere
  • algérienne berbère et fière de l être installer depuis 9 ans au canada ingénieur d application en planification et statistique maman d un petit prince mohamed-rayen âgée de 4 ans 
j adore la cuisine surtout celle de ma mère a que je lui  rend un hommage avec mes réalisations
  • algérienne berbère et fière de l être installer depuis 9 ans au canada ingénieur d application en planification et statistique maman d un petit prince mohamed-rayen âgée de 4 ans j adore la cuisine surtout celle de ma mère a que je lui rend un hommage avec mes réalisations

script type=

Recherche

Archives

Pages

Liens